Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

  Il ne nous appartient pas de tomber dans le sensationnel en réalisant cet article, nous souhaitons simplement démystifier ce formidable animal qu'est le Grand requin blanc (carcharodon carcharias) dont nombre de marins, navigateurs et plaisanciers Corses ont immanquablement croisé la route un jour ou l'autre, souvent sans même le savoir. Les nombreuses questions qui nous sont régulièrement posées trouveront ici, sans entrer dans les détails, leurs réponses concernant la présence de cette espèce de squale en Corse.

   Observés et connus en Méditerranée et ses mers limitrophes  depuis la plus lointaine antiquité, les grands requins blancs y sont toujours présents aujourd'hui. Cette affirmation, bien que surprenante, s'appuie sur un certain nombre d'observations certifiées réalisées en Méditerranée nord-occidentale et donc, par la même occasion, en Corse. Contrairement à l'idée reçue qui voudrait que ceux-ci soient de plus en plus représentés en Méditerranée, que ce soit suite à l'éventuelle hausse de la température de l'eau ou à  l'ouverture du canal de Suez, il ne peut, aujourd'hui, être prouvé que leur nombre ait augmenté ou diminué significativement,  seules des études scientifiques pourraient le démontrer. Le recul indispensable à toute comparaison dans le temps est à ce jour assez court et toute certitude est à écarter. Certains scientifiques se penchent toutefois sur la question mais, en général, aucune urgence particulière n'est donnée à ce type d'étude, ce qui tend à prouver qu'aucun danger nouveau n'est à redouter. Entre 1876 et 2002, seules 254 attaques d'hommes par des  grands blancs ont été recensées dans le monde par l'International Shark Attack File, fichier de regroupement des informations. C'est extrêmement faible.


   Il semble par contre probable que, leur nourriture de prédilection constituée  de phoques  et de grands thons rouges ayant pratiquement disparue de Méditerranée, leurs populations  ayant été décimées  par la chasse et la surpêche, leur nombre ne puisse pas augmenter dans l'immédiat et ait même eu tendance à diminuer  depuis quelques siècles. Les conséquences des pollutions chimiques ou par macrodéchets sont aussi à ne pas négliger bien que leurs effets globaux néfastes et certains pour toutes les espèces marines ne soit  encore ni quantifiés  ni certifiés.

 

Vidéo de Baptiste BACCHIOLELLI, compagnie de promenade en mer CORSE EMOTION réalisée entre Sagone et Toulon.

   Aujourd'hui, la majorité des observations est réalisée en Italie du sud, dans la région de Malte, en Sicile et en mer Adriatique. Ces régions sont aussi celles ou l'espadon (xiphias gladius), bien que ses populations soient en regression, est encore assez présent et peut fournir avec les thons rouges une alimentation certaine aux Grands blancs. Les observations dans ces régions sont souvent dues à la pêche occasionelle et non volontaire d'un individu. En Corse, les observations sont d'une ou deux par an. Celles-ci nous sont régulièrement rapportées par différents pêcheurs ou plaisanciers qui ont parfois la possibilité de ramener une preuve  photographique ou une vidéo enregistrée sur téléphone portable. Cette preuve est souvent indispensable car différencier un grand blanc d'un requin peau bleu ou d'un poisson lune peut être difficile pour un observateur non averti (voir notre page "Différentier les nageoires dorsales en Méditerranée"). Le fait que de bien plus nombreuses preuves puissent être apportées de nos jours n'est pas du à l'acroissement du nombre d'individus en Méditerranée mais simplement au fait que, contrairement à il y a quelques années, pratiquement tous les navigateurs sont équipés de ce type d'appareil photo ou vidéo. Nous avons nous même réalisé une observation il y a trois ans dans le golfe d'Ajaccio et quelques vidéos sont occasionnellement mises en ligne sur internet par des navigateurs surpris d'avoir observé un grand animal marin sans, toutefois, savoir de quelle espèce il s'agit. 

  Sans que cela puisse pour l'instant être toutefois prouvé, notre hypothèse est qu'il semblerait que les Grands requins blancs de Méditerranée soient de taille supérieure à celle de leurs cousins bien connus d'Australie ou d'Afrique du sud. Ils approchent en effet souvent les 6 mètres, les dépassant parfois, mesurant ainsi environ cinquante centimètres de plus que la moyenne mondiale.  Cette différence pourrait s'expliquer par le fait qu'une taille supérieure leur permettrait de béneficier d'une vitesse de nage accrue facilitant la prédation de leurs proies Méditerranéennes (thons, espadons, dauphins...) plus rapides que les pinnipèdes (de petite taille et demandant une certaine agilité de leurs prédateurs) représentant leur nourriture de base dans les oceans. Voir notre article sur les interactions entre les requins et les dauphins.
Comme partout, le ventre et la gorge sont blancs, par contre la couleur du dos tire généralement sur le marron contrairement à celle de leurs homologues océaniques dont  celui-ci est gris. Cela tend à accréditer la thèse qu'il existe une population sédentaire en Méditerranée.

  Cet animal extraordinaire bénéficie d'une publicité trompeuse et tapageuse tout à fait illégitime véhiculée par l'intermédiaire de films tels que "Les dents de la mer". Loin d'être un monstre assoiffé de sang, il n'est qu'un des plus grands prédateurs marins de tous les temps, necéssaire et indispensable au bon équilibre de la chaine alimentaire marine. S'il côtoie les rivages corses de temps à autres, la probabilité de le rencontrer peut être qualifiée de très faible, celle d'une attaque considérée comme nulle.
   Parmis les très nombreux ouvrages consacrés au Grand requin blanc de par le monde, nous vous conseillons la lecture de celui qui se rapporte à l'animal présent en Méditerranée:
LE GRAND REQUIN BLANC SUR LES CÔTES FRANCAISES du Dr Allessandro De Maddalena aux éditions Turtle Prod.
Une prochaine parution est prévue cette année à laquelle nous avons très humblement participé en fournissant quelques rapports d'observations réalisées sur les côtes corses.

Corsica Mare Osservazione.

Partager cette page

Repost 0
Published by

DSC 0262 filtrée

Recherche

DROITS D'UTILISATION

Toute reproduction ou utilisation de texte ou d'image sous quelque forme que ce soit est interdite sans l'autorisation écrite de Corsica Mare Osservazione. Merci de votre compréhension.

ACTUALITES

Formations

PLAN DU SITE

LOGO SANS FOND

Les actualités concernant Corsica Mare Osservazione et les cétacés de Corse sont disponibles en menu déroulant ci-contre à gauche. Les pages, études et reportages se trouvent ci-dessous et des liens directs sont généralement proposés pour passer d'une rubrique à l'autre. Nos photographies sont a découvrir au gré des visites sur ces rubriques. Bonne visite.

Catégories

CONTACTS

 

e.mail:              corsica.mare@wanadoo.fr

Face Book:        corsica mare osservazione

Fax:                 04.95.23.37.92

Adresse postale:

Corsica Mare Osservazione,

résidence Les Palmiers, Bâtiment C,

Avenue Maréchal Moncey, 20090 Ajaccio

 

                      

METEO MARINE CORSE

VISITEURS

Le 12/04/2013. Depuis la création de ce site, nous avons eu le plaisir d'accueillir 64106 visiteurs et 147917 pages ont été consultées. Merci de l'interêt que vous portez à nos actions et de votre fidelité.