Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

  GENERALITES

   Les Rorquals communs sont les plus nombreux des grands cétacés de Méditerranée. Leur population est éstimée à 2000 ou 3000 individus.
Certaines organisations ou associations sont régulièrement chargées, au sein du sanctuaire PELAGOS, de les recenser lors de campagnes scientifiques en mer.
   Leur nombre  important ainsi que le fait que nous ne connaissions pas encore avec certitude leurs routes migratoires  ne permet que rarement de reconnaitre de façon certaine les differents animaux d'une année à l'autre.
    Le cas de Marina est particulier. En effet depuis 2005, elle a été observée tous les ans et à de multiples reprises le long des côtes Corses, dans le golfe d'Ajaccio, la réserve de Scandola, au large de Calvi ou, dernièrement, devant les côtes Italiennes.
    Il est très probable que d'autres baleines suivent les mêmes routes migratoires sans que nous ne le sachions, ne pouvant souvent pas les reconnaitre.
    Marina est, elle, identifiée de façon certaine au milieu des autres grace à certaines caractéristiques physiques et comportementales uniques.



   PARTICULARITES DE L'ANIMAL

 
    En 2005, nous l'avions cotoyée durant 4 heures, une période assez longue
pour nous avoir permis de l'observer sous tous les angles (voir le chapitre qui lui est consacré dans notre livre Corsica Mare).

   Son comportement surprenant ainsi que ses caractéristiques physiques nous ont laissé imaginer qu'elle a pu être victime d'une collision avec un grand navire. Ses éventuelles blessures n'étant pas visibles, sa survie ne nous paraissait pas certaine.
   
   Si ce rorqual commun a été reperé solitaire en 2005 et 2006, il a, depuis, toujours été aperçu accompagné d'autres baleines par différents observateurs (
Il est par contre surprenant de constater qu'aucun de ces observateurs n'ait fait mention d'un comportement unique ou d'une quelconque malformation. Les deux étant très remarquables). 
Son handicap flagrant ne l'empêche donc, ni de se nourrir correctement, ni de vivre en communauté.
 


Une autre exclusivité de l'animal est sa nageoire dorsale particulière comportant une encoche caractéristique en forme de demi-lune en partie arrière haute très facilement reconnaissable.


Crédits photos:
Corsica Mare Osservazione (2005) ,

Pascal Mayol de Souffleurs d'écume (2008 et 2009),

S Durand, Cathy Cesarini et J-M Dominici (2006),

Battibaleno (2010 ?).

Pour agrandir les clichés: Ctrl +


Corsica Mare Osservazione 2005

COMMENT RECONNAITRE MARINA.


Le tronçon caudal de la baleine est perpetuellement orienté vers le bas en position classique d'amorce de sonde, ce qui permet de l'identifier de manière certaine et de très loin (Corsica Mare Osservazione 2005 et Pascal Mayol 2008)
.


















Détails de l'encoche  en demi lune caractéristique de la nageoire dorsale (2005)




















L’animal n’est pas victime d’une seule déformation du tronçon caudal , mais aussi d’une déviation latérale et en rotation de la colonne vertébrale entre l'évent et la nageoire dorsale, qui peut s’apparenter à une sorte de scoliose. Cette deuxième déformation n'est décelable que vue de l'avant (Pascal Mayol 2008).



MARINA NOUS RESERVE D'AUTRES SURPRISES.

Certaines caracteristiques comportementales et physiques permettent de differentier les Rorqual communs des autres espèces:

- ils ne laissent jamais apercevoir leur évent en même temps que leur nageoire dorsale,
- leur nageoire caudale n'emmerge pratiquement jamais hors de l'eau,
- ils présentent sur leur dos, derrière l'event, des dégradés de couleur en forme de selle allant du
  bleu ou
gris très clair au bleu ou gris très foncé.    
  

    Les deux premières indications sont contredites par Marina qui laisse régulièrement apercevoir son évent en même temps que sa nageoire dorsale ainsi que sa nageoire caudale . Le dos ne présente que des dégradés de couleur faibles. Toutefois, ces couleurs ne sont pas toujours visibles selon la luminosité et l'angle de prise de vue.
    Certaines de ces caractéristiques sont normalement considérées comme étant celles d'un Rorqual boréal.
    Par contre, la machoire inférieure droite est bien de couleur blanche, caracteristique propre aux Rorqual communs.

EST-CE SON HANDICAP DU A UN ACCIDENT OU CONGENITAL QUI L'OBLIGE A ADOPTER CERTAINES POSTURES ?
MARINA EST-ELLE UN RORQUAL COMMUN, UN RORQUAL BOREAL, UN HYBRIDE ?

DANS TOUS LES CAS, ELLE SUSCITE DE NOMBREUSES INTERROGATIONS.


Sur ces deux clichés réalisés à 3 années d'intervale, l'évent est visible en même temps que la nageoire dorsale (Corsica Mare Osservazione 2005 et Pascal Mayol 2008). 



Apparition en surface de la nageoire caudale dont nous pouvons remarquer la couleur blanche de la partie inférieure (Corsica Mare Osservazione 2005).



La machoire inférieure droite est bien de couleur blanche comme pour tous les Rorquals communs
(Corsica Mare Osservazione 2005). 



   Nous n'avions jamais observé de Rorquals communs immobiles pendant un temps prolongé, ce qui n'est pas le cas de Marina dont les immobilisations suivies de petits déplacements ont duré tout au long de notre observation de 2005. Voir la vidéo suivante (Corsica Mare Osservazione 2005).




   Contrairement à certaines espèces, les Rorquals communs communiquent entre eux en emettant  des infra-sons inaudibles par l'oreille humaine.
Ceux-ci ne sont detéctables que par l'intermédiaire d'hydrophones spécifiques. Sur la vidéo suivante, des sifflements ressemblant à ceux emis par les rapaces sont nettement audibles (
Corsica Mare Osservazione 2005).
Comment sont-ils emis ? pourquoi ?





TOUTES CES INTERROGATIONS ET QUESTIONS RESTENT A CE JOUR SANS REPONSES.
CE CAS UNIQUE A ETE PRESENTE A LA COMMUNAUTE SCIENTIFIQUE TRAVAILLANT AU SEIN DU SANCTUAIRE PELAGOS (bulletin PELAGOS 2010).


AUTRES CLICHES REALISEES PAR DIFFERENTS PHOTOGRAPHES.

  Les  photographies réalisées tous les ans par les spécialistes de la biologie marine, les organismes pratiquant un comptage ou un recensement des rorquals communs ou par de simples observateurs se comptent par centaines.
  Il est de ce fait très surprenant qu'un seul animal puisse se retrouver à de multiples reprises sur des clichés réalisés à des périodes différentes et sur des sites forts éloignés les uns des autres.
Pourquoi photographie t'on cet animal plus souvent que les autres ?
La réponse est simple et n'est que la résultante logique du comportement unique de MARINA.
  Les animaux de cette éspèce, toujours en mouvement, (nous ne tiendrons pas compte de leurs comportements en phases de nourrissage ou d'activité spécifique), n'apparaissent habituellement en surface lors de leurs déplacements que le temps de respirer, ce qui correspond une période de quelques secondes. Ils s'immergent ensuite généralement à quelques mètres pour ne refaire surface que plus loin pour respirer de nouveau. Cette séquence se reproduit, suivant les cas, à une fréquence variable qui peut aller d'environ trente secondes à une ou deux minutes. Dans ce cas, suivre le déplacement d'un animal peut être assez difficile, tout comme la prise de photographies.
  Le fait que MARINA reste en surface relativement longtemps sans sonder (jusquà plus de dix minutes) totalement immobile, permet à l'observateur de la repérer très facilement et de très loin. Il est donc possible, après le repérage, de s'en approcher avant qu'elle ne se déplace de nouveau afin de procéder à la réalisation de clichés beaucoup plus aisément qu'avec tous ses congénères.

A ce jour, on peut donc considérer MARINA comme étant le rorqual commun le plus médiatisé de Méditerranée.

  La majorité des clichés suivants confirment nos constatations et observations.

Marina, immobile, photographiée dans la réserve naturelle de Scandola par S.DURAND (2006)
Photographie découverte sur Internet et réalisée dans le cadre d'une mission du GECEM (cliquez sur le lien pour acceder à la page originale détaillant l'observation)
   Il semble que le comportement de Marina ait été, lors de cette observation, strictement identique à celui que nous avions constaté en 2005: relative immobilité, apnées courtes, souffles toutes les 15 secondes environ, inspection du bateau et zone d'observation limitée durant plusieurs jours.




Crédit photo: Jean-Marie DOMINICI résponsable de la réserve naturelle de Scandola (2006).

 

 

 

Page de présentation de l'opération DELPHIS Italienne 2010. Source : BATTIBALENO.

Le sens du flux d'eau recouvrant le dos de l'animal démontre bien que celui-ci est, au moment de la prise du cliché, immobile. Ce comportement fait partie des nombreuses particularités déjà constatées de Marina.

marina en italie

 

Marina observée par Cathy Cesarini membre du réseau "échouages" en 2006 devant Galeria.

Rorqual Galeria 1

Rorqual Galeria 2

 

 








Partager cette page

Repost 0
Published by

DSC 0262 filtrée

Recherche

DROITS D'UTILISATION

Toute reproduction ou utilisation de texte ou d'image sous quelque forme que ce soit est interdite sans l'autorisation écrite de Corsica Mare Osservazione. Merci de votre compréhension.

ACTUALITES

Formations

PLAN DU SITE

LOGO SANS FOND

Les actualités concernant Corsica Mare Osservazione et les cétacés de Corse sont disponibles en menu déroulant ci-contre à gauche. Les pages, études et reportages se trouvent ci-dessous et des liens directs sont généralement proposés pour passer d'une rubrique à l'autre. Nos photographies sont a découvrir au gré des visites sur ces rubriques. Bonne visite.

Catégories

CONTACTS

 

e.mail:              corsica.mare@wanadoo.fr

Face Book:        corsica mare osservazione

Fax:                 04.95.23.37.92

Adresse postale:

Corsica Mare Osservazione,

résidence Les Palmiers, Bâtiment C,

Avenue Maréchal Moncey, 20090 Ajaccio

 

                      

METEO MARINE CORSE

VISITEURS

Le 12/04/2013. Depuis la création de ce site, nous avons eu le plaisir d'accueillir 64106 visiteurs et 147917 pages ont été consultées. Merci de l'interêt que vous portez à nos actions et de votre fidelité.